Schandelah

La compagnie de pétrole brut « Steinöl GmbH », fondée en 1943, était une filiale de «Deutsche Asphaltkonzern» (compagnie allemande de bitume). À environ quatre kilomètres de Schandelah, des déportés du camp de concentration de Neuengamme, originaires de diverses nationalités, doivent construire une usine d’essai. L’objectif primordial est l’extraction, le traitement et la vente de pétrole brut combiné. Depuis mai 1944, un kommando de détenus travaille continuellement à ciel ouvert, pour exploiter le schiste. Un deuxième groupe plus important, comprenant environ 100 détenus construit une voie ferrée dans l’enceinte de l’entreprise avec un embranchement vers la gare de Schandelah. Les détenus ont surnommé ce kommando redouté „Staatsbahn“. D’autres kommandos de travail effectuent des travaux de creusage et de bétonnage. Certains auraient également travaillé dans une usine à chaux et ciment.

Le chef du camp était le SS Unterscharführer Friedrich Ebsen. Après la guerre, il est condamné à mort par un tribunal militaire britannique pour les crimes commis au camp.

Début avril, des convois d’évacuation venus des camps de Porta Westfalica arrivent à Schandelah et on y compte jusqu’à environ 1300 hommes. Le 10 avril, tous les détenus sont embarqués dans des wagons de marchandises pour le camp de rassemblement de Wöbbelin, près de Ludwigslust, où le train arrive le 13 avril, via Magdeburg, Stendal et Wittenberge. Mais les détenus doivent encore rester deux jours dans les wagons avant d’être admis dans le camp déjà comble et où tout manque. Selon les témoignages d’anciens déportés, plus de 200 détenus du Kommando extérieur de Schandelah n’ont pas survécu à leur captivité. Le 2 mai, les survivants sont libérés par les troupes américaines.

Les chefs du camp sont tout d’abord le SS Oberscharführer Ewald Jauch puis le SS Unterscharführer Friedrich Ebsen. Après la guerre, ce dernier est condamné à mort par un tribunal militaire britannique pour ses crimes perpétrés au camp.

Durée

8 mai 1944 - 10 avril 1945

Nombre de déportés

782 Hommes

Type de travail

Extraction et traitement de pétrole brut combiné

Organisme bénéficiaire

Steinöl GmbH

Localité

Accès

Pour la pierre commémorative sur le site de l’ancien camp : à l’entrée ouest de la localité de Schandelah-Wohld, au nord de la nationale 633, entre Hordorf et Scheppau.

Cimetière communal de Scheppau: sur la nationale 633 Hordorf/Scheppau, à environ 300 m avant d’arriver à Scheppau, à l’est de la nationale 633, 38154 Königslutter.

Accès par les transports en commun : les jours de classe, de Brunswick avec le bus 45 et descendre à l’arrêt „Schandelah-Wohld“.

Site de mémoire

En 1982, à l’occasion de la journée « Buß- und Bettag » (Jour de Pénitence et de Prières) instaurée par l’église, le Comité de citoyens des Verts fit ériger sur le site du camp, qui appartient aujourd’hui à la Bundeswehr, une croix en bois qui dut être enlevée sur ordre du service des ponts et chaussées à la suite de protestations des habitants de la localité de Schandelah-Wohld. Grâce à la ténacité de ce Comité et de l’Amicale belge de Neuengamme, la commune de Cremlingen et le district de Wolfenbüttel ont érigé, le 6 mai 1985, une pierre commémorative.

C’est grâce à cet engagement que l’attention se tourna aussi vers le cimetière communal de Scheppau, un quartier de Königslutter am Elm, où avaient été transférés en 1954 les corps de 113 victimes du Kommando extérieur de Schandelah. Le 1er mai 1995, la ville de Königslutter a fait ériger une pierre commémorative mentionnant les victimes et le Kommando extérieur de Schandelah.

Contact

Commune de Cremlingen
Ostdeutsche Straße 22
D-38162 Cremlingen

tél.: +49 (0) 5306 – 8 02 51 où +49 (0) 5306 – 8 02 52

Email: info@cremlingen.de