Salzgitter-Drütte

Pour assurer la production d’obus dans la fonderie de Brunswick, les usines du Reich „Hermann Göring“ aménagent, à l’automne 1942, sous le nom de „Drütte“, un Kommando extérieur du camp de concentration de Neuengamme dans l’enceinte de l’usine de Salzgitter. Un premier kommando de 250 détenus arrive au camp le 13 octobre 1942. La production d’obus devant être augmentée, le nombre de détenus dépasse, à la mi-1944, les 2700 hommes. Un accord entre la direction de l’usine et la SS prévoyait que jusqu’à 3150 détenus devaient être envoyés à Drütte qui fut ainsi le plus grand Kommando extérieur du camp de concentration de Neuengamme.

Les détenus, hébergés dans des entrepôts situés sous une route surélevée, devaient travailler dans l’aciérie et à la production de douilles de projectiles et d’obus. Le plus grand groupe travaillait dans la section „Aktion 88“ où étaient fabriqués des obus de 88 mm. Dans cette partie de l’usine ultra-moderne ne travaillaient presque uniquement que des détenus de camps de concentration. Environ 500 hommes étaient affectés à l’aménagement de la « Halle X ». Le travail à Drütte était extrêmement pénible pour les détenus. À la production, on travaillait vingt-quatre heures sur vingt-quatre en trois équipes. Le grand nombre d’exécutions mentionnées dans le Registre des Morts est un indice de la complexité du travail : les vices de fabrication inévitables étaient notamment imputés à des actes de sabotage de la part des détenus qui étaient alors exécutés. En outre, eurent lieu à Drütte des exécutions qui étaient enregistrées comme soi-disant « tentatives de fuite ».

Le 7 avril 1945, le camp de Drütte est évacué. Les détenus sont transportés en train vers le nord, avec les femmes du Kommando extérieur de Salzgitter-Bad. Le soir du 8 avril 1945, le train, avec 3400 détenus, est touché par un bombardement américain dans la gare de marchandises de Celle. À cause de l’explosion, dans le voisinage, d’un train de munitions et parce que les détenus ne peuvent pas sortir des wagons où ils avaient été enfermés, plusieurs centaines d’entre eux périssent. Ceux qui étaient parvenus à sortir sont pourchassés par les SS, par la police, par des membres de la Wehrmacht, du Volkssturm, de l’organisation locale des jeunesses hiltlériennes et également par des habitants de Celle. 200 à 300 détenus sont abattus ou assommés dans leur fuite. Le lendemain midi, la plupart des survivants du bombardement sont emmenés à pied à Bergen-Belsen. 300 détenus blessés, incapables de marcher, sont quasiment abandonnés, sans soins, dans des baraques de la Heidekaserne de Celle, où les survivants sont libérés le 12 avril par les troupes britanniques.

Le chef du camp fut tout d’abord le SS Hauptsturmführer Rautenberg, puis le SS Hauptsturmführer Hermann Forster, ensuite le SS Obersturmführer Arnold Strippel et, environ à partir de février 1945, le SS Obersturmführer Karl Wiedemann. Le SS-Scharführer Peter Wiehage, adjoint de Strippel, était également responsable du Kommando extérieur Watenstedt/Leinde.

Durée

13 octobre 1942 - 7 avril 1945

Nombre de déportés

3000 Hommes

Type de travail

Production d'obus

Organisme bénéficiaire

Reichswerke „Hermann Göring“

Localité

Accès

Gedenk- und Dokumentationsstätte KZ Drütte dans l’enceinte de l’entreprise Salzgitter AG, Entrée Tor I, Salzgitter-Watenstedt, Eisenhüttenstraße 99, 38239 Salzgitter.

Arrivée par les transports en commun: À la gare de Brunswick: prendre le bus 603 ou 631 en direction de Salzgitter-Bad. Descendre à l’arrêt Watenstedt Tor 1. À la gare de Salzgitter-Bad: prendre le bus 603 ou 631 en direction de Brunswick.

Heures d’ouverture: chaque deuxième samedi du mois, 15h-17h et sur rendez-vous.

Site de mémoire

Depuis le début des années 1980, l’„Arbeitskreis Stadtgeschichte“, (cercle d’étude de l’histoire de la ville), l’Amicale Internationale de Neuengamme et le „Komitee Dokumentationsstätte Drütte“ (comité du centre de documentation de Drütte) qui regroupe un Cercle de travail (Arbeitskreis), des représentants des partis politiques et de syndicats, des représentants des églises et des associations diverses, ont conjugué leurs efforts dans le but d’installer, dans les anciens logements des détenus dans l’enceinte de l’usine un Centre de documentation. En 1985, une première plaque commémorative a pu y être apposée sur l’initiative du comité d’entreprise de Peine-Salzgitter AG. Mais le public n’avait pas accès à cette plaque.

Malgré l’appui de nombreux groupes sociaux, la direction de l’entreprise s’est opposée pendant plusieurs années à la réalisation du projet d’un centre commémoratif. Ce n’est qu’en 1992, lorsque l’aciérie, qui appartenait jusque là au Bund, a été vendue à l’entreprise Preussag AG, que la direction de cette entreprise a donné son consentement et a mis à la disposition de la Commission d’études une pièce dans les anciens logements des détenus situés sous la route surélevée, pour y installer un centre commémoratif. En avril 1994, cet Atelier d’histoire de la ville a pu ainsi inaugurer le Centre de commémoration et de documentation du camp de concentration Drütte dans l’enceinte de l’entreprise. Le public y a maintenant accès.

Contact

Gedenk- und Dokumentationsstätte KZ Drütte
c/o Arbeitskreis Stadtgeschichte e. V.
Wehrstraße 27
D-38226 Salzgitter

tél.: +49 (0) 5341 – 4 45 81

Email: info@gedenkstaette-salzgitter.de
Web: www.gedenkstaette-salzgitter.de