Lübberstedt-Bilohe

Près de la voie ferrée Brême-Bremerhaven, à la hauteur de la gare de Lübberstedt, se trouvait dans une forêt sur une superficie de 400 hectares un dépôt central de munitions aériennes (Lufthauptmunitionsanstalt), camouflé sous le nom de couverture Lw. 2/XI. Un détachement extérieur du camp de concentration de Neuengamme est installé le 29 août 1944 à Lübberstedt-Bilohe. Cinq cents femmes, Juives hongroises pour la plupart, sélectionnées pour ce kommando au camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau, y sont affectées à la fabrique de munitions. Elles travaillent à la production de mines marines, de bombes aériennes à fragmentation et de munitions antiaériennes, qui sont chargées et assemblées à la chaîne, puis acheminées vers 102 bunkers par camions équipés de pneus renforcés. Les déportées préparent en outre les parachutes destinés au largage des mines.

D’après les témoignages de survivantes, le kommando de Lübberstedt a eu trois chefs de camp successifs. Le premier s‘appelait Müller et le troisième Buchwald. Jusqu’à présent, on ne dispose pas de renseignements plus précis.

À l’approche du front, le camp extérieur de Lübberstedt-Bilohe est évacué. Une soixantaine de déportées malades sont transportées avec les membres de leurs familles (dix survivront) dès début avril 1945 à Bergen-Belsen. Les autres sont évacuées en train le 20 avril 1945. Le convoi erre à travers l’Allemagne du Nord via Cuxhaven, où une cinquantaine d’entre elles sont transférées sur un cargo à destination de Brunsbüttel. Après avoir été recomposé à Lubeck, le train est pris dans un raid aérien allié le 2 mai à Eutin. Quarante-trois femmes périssent lors de l’explosion d’un wagon chargé de munitions. Le convoi est à nouveau bombardé le 3 mai près de Timmdorf en direction de Plön. Environ 16 autres femmes y perdent la vie. Les survivantes sont libérées à Plön les 3 et 4 mai 1945 par les troupes britanniques et recueillies dans les camps de l‘UNRRA (United Nations Relief and Rehabilitation Administration / Administration des Nations Unies pour l'Organisation des Secours et de la Construction) installés à Sierksdorf et Haffkrug.

Durée

29 août 1944 - 20 avril 1945

Nombre de déportés

500 Femmes

Type de travail

Production de munitions et de parachutes

Organisme bénéficiaire

Armée de l’air Luftwaffe

Localité

Le cimetière est indiqué dans la localité, à 27729 Lübberstedt

Site de mémoire

La partie ouest de l’ancien site de la fabrique de munitions est utilisé aujourd’hui comme dépôt par la Bundeswehr.

Au cimetière de Lübberstedt, douze tertres funéraires anonymes ont été nivelés en 1989 et remplacés par un Carré. L’inscription sur la pierre commémorative : « N’oubliez pas ! Ici sont enterrés des travailleurs forcés, hommes, femmes, enfants » ne donne aucun renseignement sur les faits historiques. Le groupe de travail „MUNA-Lübberstedt“, fondé en 1991, qui fait des recherches sur l’histoire du Kommando extérieur et qui a publié en 1996 une documentation sur l’histoire de la fabrique de munitions, a consacré ses efforts à la restructuration du Carré qui a été inaugurée le 21 novembre 1998. Deux autres pierres y ont été ajoutées sur lesquelles sont inscrits les noms des victimes, parmi lesquelles se trouvaient quatre détenues du Kommando extérieur Lübberstedt-Bilohe. 

Contact

Arbeitskreis „MUNA-Lübberstedt“
Hartmut Oberstech
27729 Lübberstedt

tél. +49 (0) 163 – 3 86 58 22
Email: muna@vodafonemail.de
Web: www.muna-luebberstedt.de