Brunswick (Büssing-NAG)

L´entreprise « Büssing-NAG Vereinigte Nutzkraftwagen AG » (véhicules utilitaires) , établie à Brunswick, joua un rôle important dans la production d´armement. En 1944, l´entreprise demanda de la main-d’œuvre concentrationnaire au camp de Neuengamme afin de pouvoir  assurer la production de camions pour la Wehrmacht. Cinq baraques furent construites tout près du siège social, dans la rue Wörthstrasse (aujourd´hui Schillstrasse) pour y loger un Kommando extérieur. Afin de pouvoir transférer la production en dehors de la ville, l´entreprise installa un second Kommando extérieur à Vechelde.

Du 17 août 1944 au 26 mars 1945, les détenus (plus de 800 au total) doivent fabriquer des pièces de rechange pour camions pour l’entreprise Büssing NAG. Les détenus sont pour la plupart des Juifs polonais du Ghetto de Lodz, déportés à Auschwitz où des représentants de Büssing NAG les ont sélectionnés pour aller travailler à Brunswick. Auparavant, un kommando de 126 hommes, Français pour la plupart, est arrivé du camp central de Neuengamme. La mortalité dans le camp est extrêmement élevée. Jusqu´à fin 1944, environ 300 détenus périssent de faim, de maladies et des suites des mauvais traitements.

Après que, début 1945, un grand nombre de détenus déclarés « inaptes au travail » ont été transportés au « Revier » (infirmerie) du Kommando extérieur de Salzgitter-Watenstedt/Leinde, le taux de mortalité diminue. Néanmoins, jusqu´au 20 mars 1945, l´entreprise de pompes funèbres « Pietät » fait encore incinérer 80 cadavres dans le crématoire municipal de Brunswick  

Fin mars 1945, la SS fait évacuer le camp. Les détenus doivent d´abord aller à pied jusqu´au Kommando extérieur de Salzgitter-Watenstedt/Leinde. De là, le 7 avril, ils sont transférés en train avec les détenus de ce Kommando, au camp de concentration de Ravensbrück où il n´arrivent que le 14 avril. Lors de l´évacuation du camp de Ravensbrück, fin avril, ils sont emmenés à nouveau à pied. Un grand nombre d´entre eux arrivent avec un nouveau convoi au « mouroir » de Wöbbelin, où les survivants sont libérés le 2 mai par les troupes américaines.

Le chef du Kommando extérieur Büssing-NAG fut, au plus tard à partir d´octobre 1944, le SS Hauptscharführer Max Kierstein. 

Durée

17 août 1944 - 26 mars 1945

Nombre de déportés

1800 Hommes

Type de travail

production de pièces de rechange pour automobiles

Organisme bénéficiaire

Büssing-NAG

Localité

Accès

Le mémorial se trouve dans la rue Schillstrasse, tout près de la gare centrale de Brunswick.

Heures d’ouverture : mardi + mercredi 14h-17h, jeudi 16h-19h, chaque premier samedi du mois 14h-17h, et sur rendez-vous.

Accès par les transports en commun : bus 411, 419, 421, 429, 431, 439 ou métro/tram 5 jusqu’à l’arrêt « Stadthalle » ou « Hauptpost ». 

Site de mémoire

Le Kommando extérieur se trouvait à proximité d’un monument érigé en 1837 en souvenir des soldats du corps franc du commandant Ferdinand von Schill. En 1809, celui-ci s’était élevé avec son régiment de hussards, sans ordre royal, contre l’occupant français. Depuis 1955, le monument Schill servait aux associations militaires traditionnelles de lieu de commémoration aux soldats tombés au cours des première et deuxième Guerres mondiales. Rien n’y évoquait le Kommando extérieur.

À partir du début des années 1990, la forme à donner à ce lieu de mémoire fut l’objet de débats publics. Les comités antifascistes protestaient vivement contre les dépôts de gerbes au monument Schill, les jours de deuil national (Volkstrauertagen,), alors que les victimes du Kommando extérieur étaient passées sous silence.

Ce n’est qu’en 1995, sous la pression exercée pendant de longues années par différents groupes de la société, que la ville de Brunswick se décida à lancer un concours portant sur la conception d’un mémorial consacré aux victimes du Kommando extérieur. Le projet élaboré par l’artiste Sigrid Sigurdsson fut inauguré en novembre 1997. Particularité de ce mémorial : 200 plaques de métal appliquées sur un mur fermant un côté du site de l’ancien camp et que viennent peu à peu remplir des textes issus d’ « archives ouvertes ».

En l’an 2000, dans l’ancienne « maison des invalides » qui se trouve elle aussi au monument Schill, fut inauguré un centre de documentation, où l’on peut consulter la collection des « archives ouvertes ». Elle comprend des documents et des écrits privés sur l’histoire du lieu, ainsi que sur l‘histoire national-socialiste de la région, réunis dans le cadre du projet « Brunswick – une ville d’Allemagne se souvient » par de nombreuses institutions locales (partis, syndicats, administrations, écoles, comités, etc.). Un aperçu est accessible sur internet.

Contact

Gedenkstätte « KZ-Aussenlager Braunschweig Schillstrasse »
Schillstrasse 25
D-38102 Braunschweig

tél.: +49 (0) 531 – 2 70 25 65
fax: +49 (0) 531 – 2 70 25 64
Email: gedenkstaette@schillstrasse.de

Stadt Braunschweig
Kulturinstitut
Steintorwall 3
D-38100 Braunschweig

tél.: +49 (0) 531 – 4 70 1
Web: www.schillstrasse.de; www.vernetztes-gedaechtnis.de/schillstrasse-kz.htm