Hambourg-Veddel (femmes)

Le premier Kommando extérieur de femmes du camp de concentration de Neuengamme a été mis en place mi-juillet 1944, dans un entrepôt à Veddel, Dessauer Ufer, dans la zone franche du port de Hambourg. Début juillet 1944, les 1.000 premières Juives hongroises et tchèques sont sélectionnées dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau pour aller travailler à Hambourg, où elles arrivent probablement le 16 ou 17 juillet 1944. Environ un mois plus tard, 500 Juives polonaises du ghetto de Lodz, également sélectionnées à Auschwitz-Birkenau, arrivent à leur tour à Dessauer Ufer.

Dans le cadre du programme de mesures d’urgence « Geilenberg », destiné à porter secours à l’industrie pétrolière sinistrée, les détenues doivent exécuter des travaux de déblaiement pour les grandes raffineries de Hambourg, telles que Rhenania Ossag (Shell), Ebano-Oehler (Esso), J. Schindler ou encore Jung-Öl.

Le 13 septembre 1944, la SS répartit les femmes en trois groupes et les transfère dans les camps de Hambourg-Sasel, Wedel et Hambourg-Neugraben.

Durée

mi-juillet - 13 septembre 1944

Nombre de déportés

1500 Femmes

Type de travail

travaux de déblaiement

Organisme bénéficiaire

Ebano-Oehler (Esso), J. Schindler, Rhenania Ossag (Shell), Jung-Öl u. a.

Localité

Accès

Ancien Kommando extérieur : entrepôt Lagerhaus G, Dessauer Ufer, 20457 Hambourg.

Tableau mural : Neumühlen 16–20, 22763 Hambourg.

Accès par les transports publics :

Entrepôt G : station de métro S-Bahn Veddel

Tableau mural : À la station de métro S-Bahn Altona, prendre le bus 112 en direction de Neumühlen et descendre à l’arrêt „Lawaetzhaus“.

Visites guidées :

Des visites du port en bateau sur le thème « Kommandos extérieurs, lieux de la résistance et des persécutions dans le port de Hambourg » ont lieu régulièrement. Pour plus de renseignements et pour retenir vos billets, veuillez vous adresser à la KZ-Gedenkstätte Neuengamme, Tel.: +49 (0) 40 – 4 28 13 15 27.

Site de mémoire

À la fin de l’année 1998, l’entrepôt a été classé monument historique par le ministère de la Culture, en raison de son « mode de stockage historique, en dehors de la Cité des Entrepôts, avec son architecture de briques typique de cette époque ». En outre, l’intérieur du bâtiment, resté pratiquement inchangé, conserve encore aux murs des traces laissées par les détenues, comme par exemple des messages écrits ou gravés qui constituent des « témoignages importants » du « Troisième Reich » dans le port. Sur le mur extérieur de l’entrepôt, une plaque a été apposée, dans le cadre du programme « Lieux des persécutions et de la résistance de 1933 à 1945 » instauré par le ministère de la Culture de Hambourg. C’est à cet endroit le seul témoignage de l’existence de l’ancien Kommando extérieur.

À Altona, sur la rive de l’Elbe, un tableau mural intitulé « À la mémoire des femmes de Dessauer Ufer » a été réalisé en 1995 par Cecilia Herrero et Hildegund Schuster, sur l’initiative du Cercle d’études „Frauen im Museum der Arbeit“ (Les femmes au musée du travail), avec le soutien de la fondation Lawaetz-Stiftung. L’endroit prévu à l’origine pour ce tableau mural avait été rejeté par la société de gérance du port («Hamburger Hafen- und Lagerhaus-AG ») appartenant à la ville. La figure centrale du tableau est Lucille Eichengreen, Juive née en 1925 à Hambourg, déportée en octobre 1941, à l’âge de 16 ans, avec sa mère et sa plus jeune sœur, au ghetto de Lodz, puis à Auschwitz. Au cours de l’été 1944, elle est transférée à Hambourg, sa ville natale, pour le travail forcé. Avec 500 autres femmes, Juives polonaises pour la plupart, elle est envoyée de Dessauer Ufer à Sasel, Kommando extérieur du camp de concentration de Neuengamme et de là, vers la fin de la guerre, à Bergen-Belsen. Après la libération, Lucille Eichengreen, dont la mère, la sœur et le père (Dachau) ont été assassinés, a émigré aux État-Unis.

Le tableau mural fait partie de l’initiative « Hamburger FrauenFreiluftGalerie » qui, avec des femmes artistes de Hambourg et d’outre-mer, tente depuis 1994 d’étudier la vie et le travail des femmes sous divers angles et de les représenter à l’aide de différents moyens artistiques.

Contact